Little Junior Parker: Mystery Train

Un titre locomotive, à l'abstrusion auto-proclamée, repris par wagonnées.

At the beginning, comme toujours, le blues. Avec une grosse dette à la country & à la folk trady du "Worried Man Blues" de la Carter Family. Little Junior, Floyd Murphy à la gratte, studio Sun, Sam Phillips derrière la vitre, 1953.

1955 : Elvis mire les 16 wagons pour une face B, plus question de chanter après lui. Scotty cale des licks en écho slapbacké sur la contrebasse cliquetante de Bill, fingerpicke country, pique des plans à Merle Travis & Pat Hare & verrouille.

1964 : Scotty, mal conseillé, se dit que le timing est bon pour sa version solo sous pavillon conquérant - The Guitar that changed the world, rien que ça. Master of licks, sure, plus Nashville que Memphis, démonstratif - mais un absent.

1965 : bonne pioche de Paulo, stentor au pif toujours fin, qui la cajolera jusqu’à la dernière valse scorsesienne. Bloomfield plus à l’aise en échappées solo, l’harmonica forge tranquille, du blues-rock décomplexé. Paulo, la star.

1967 : Nelson la teen idol a la country fever mais convainc plus avec du rockab’, moins avec son chant. Se fait engloutir par son backing-band, un gang de dynamiteurs avec James Burton en défourailleur en chef. Merci qui ? Merci Ricky.

1973 : le Groupe, essoré, miné par les dissensions, ne sait plus collaborer - vite des reprises. False start psyché, tartinade wah-wahisée, pulsation rabotée et anguleuse, Helm au chant, chœurs de guingois. Le train, funky, sans mystère.

1974 : des années que Junior le fait tourner avec Buddy, ce titre. En famille, ici, le bro Phil, A.C. Reed au sax, un modèle de groove révérencieux, à l’économie, qui poinçonne tous les tickets. Du funk finasse, par le seul Hoodoo Man.

1974 : Lee au creux de la vague tente de se réinventer sur la scène du Rainbow Theatre in London, avec les gars de King Crimson, répète pas des masses & branche le jack. Ça sent encore la peinture, on racle les fonds de tiroir : ça passe.

1980 : Scorpions reprenaient Hound Dog à Tokyo donc no problem pour UFO, en studio, produit par George Martin - ni en live : acoustique, avant la Grosse Bertha, Chapman gomme Schenker, dynamiques maîtrisées. Mogg, un grand frontman des 70s.

1983 : Neil, étouffé par Geffen, lâche le synth-électro-rock insipide de Trans, commet un LP country provisoirement retoqué &, backé par ses Shocking Pinks, balance du rock 50s reverbé vintage, 25 minutes, hop, un album, désavoué illico.

1990 : le titre monstrueux, capté par Johnny, les Stray Cats, Sigue Sigue Sputnik même - et 200 autres. Les Neville Bros, boostés par une lune jaune, s’enferment dans les Ultrasonic Studios, innovent mais se font avoir par la prod.